Navigation – Plan du site
Publications de 2007

Cyril Adoue, 2007, Mettre en œuvre l’écologie industrielle, Presses Polytechniques et universitaires romandes, 106 p.

Muriel Maillefert

Texte intégral

1Face à des prélèvements et des rejets croissants dans l’environnement naturel, et aux menaces de plus en plus sérieuses sur la pérennité du mode de développement actuel, les outils traditionnels de gestion – outils normatifs, incitatifs ou préventifs – montrent leurs limites, notamment parce qu’ils agissent en général en fin de processus (end of pipe) et maintiennent l’origine des nuisances. D’autres leviers sont nécessaires. L’auteur en privilégie un qu’il identifie d’emblée comme un levier collectif ou organisationnel (au sens de l’organisation de sociétés) : c’est l’Ecologie Industrielle (EI).

2Qu’est-ce que l’écologie industrielle ? Cette expression (un oxymore nous dit l’auteur) doit s’entendre comme « l’écologie des sociétés industrielles » dans laquelle la société industrielle est appréhendée comme un écosystème particulier de la biosphère, régi par des principes communs aux systèmes naturels. Les systèmes naturels sont en effet peuplés d’« espèces » en inter-relation et en compétition pour l’usage d’un espace ou d’une ressource. L’analogie avec la sphère économique semble donc aller de soi. L’EI étudie ainsi « les flux et les stocks de matières, d’énergie et d’information au sein d’un système clairement délimité » (p. 15). Elle peut aussi se décliner à plusieurs échelles et comprendre différents niveaux de complexité. Une échelle très locale comme une zone d’activité mettra plus l’accent sur les questions économiques (comme c’est le cas des travaux des pères fondateurs tels R. Frosch ou B. Allenby1). Une échelle plus grande conduira plutôt à développer une vision systémique plus complexe qui pourra également s’appuyer sur des analogies plus fortes avec la thermo-dynamique et ainsi trouver des terrains de proximité avec d’autres problématiques connexes, comme celle, par exemple, proposée par les travaux de Georgescu-Roegen. (Erkman, 1997)2.

3L’EI peut donc être appréhendée à plusieurs échelles et constituer un mode de gestion (d’entreprises) ou un mode de développement (de territoires). Le spectre est donc large, et l’auteur ne souhaite pas opposer, au moins dans leur principe, les visions locales et globales de l’EI. Il préfère préciser sa propre position en posant trois hypothèses qui vont structurer son approche.

  • L’EI à laquelle il s’intéresse ne rompt pas avec les principes de la croissance économique. Même si les principes du développement durable sont souhaitables à long terme, l’EI permet à plus court terme, de proposer une solution moins néfaste pour l’environnement, quitte à ce que d’autres solutions, passant notamment par le progrès technique, puissent voir le jour.

  • C’est une approche avant tout opérationnelle et appliquée. Si elle peut emprunter à la problématique de la thermodynamique, l’EI dont il s’agit ici se donne comme objectif l’opérationnalité et la construction d’outils et de méthodologies.

  • L’EI est une approche de transition permettant d’attendre de nouveaux outils, notamment technologiques, susceptibles d’aider à la mise en œuvre du DD. Si la vision de l’EI défendue dans l’ouvrage s’applique en premier lieu à des parcs industriels, son applicabilité peut aussi s’envisager à une échelle plus vaste, comme celle d’un territoire (on parle alors d’écologie territoriale).

4A partir de ces propositions, Cyril Adoue prend le parti de proposer un panorama assez large de l’EI, en s’intéressant aux éléments contextuels et généraux plutôt qu’à l’exposé, plus pointu et plus technique, d’outils de mise en œuvre. Il a en effet lui-même participé à une étude de mise en œuvre, pour EDF, dans le cadre de sa thèse à l’Université Technologique de Troyes (UTT) et a ensuite développé son propre outil dans le cadre d’une activité de consultant.

5Il ressort de son ouvrage une synthèse assez complète des différents aspects économiques, techniques et communicationnels des démarches d’EI. Sont listés ainsi, les principaux avantages et inconvénients économiques, environnementaux et éventuellement sociaux qui peuvent être attendus par les entreprises. Plus particulièrement, il va de soi que les entreprises ne s’engageront dans la démarche que si elles y trouvent un avantage économique (baisse de leurs coûts par exemple à l’occasion de la vente de matières considérées auparavant comme des déchets). Mais l’existence d’un tel avantage ne garantit ni la faisabilité, ni la pérennisation de la démarche, et encore moins l’avantage environnemental. Il n’y a pas de stratégie « gagnant-gagnant » nécessaire. Par exemple, les synergies possibles peuvent éventuellement avoir un effet nocif sur l’environnement, soit du fait de la composition des produits, soit simplement du fait des nuisances annexes associées à l’échange, comme celles liées au transport des flux ou des matières. Les démarches d’EI, tout en rationalisant les consommations de flux, peuvent également induire des effets rebond qui finalement seront globalement négatifs. Enfin, des entreprises seront sensibles autant à l’existence de flux qu’à leur composition ou à leurs caractéristiques qualitatives.

6La mise en place d’une démarche d’EI est donc une procédure complexe et coûteuse qui nécessite la mobilisation de ressources. L’existence d’un gain potentiel à l’échange ne suffit pas à déclencher l’action collective. Contrairement aux hypothèses de l’analyse économique, la mobilisation de ressources matérielles et immatérielles est difficilement envisageable dans un contexte concurrentiel standard où les échanges bilatéraux dominent.

7L’EI est donc d’abord une affaire collective. L’auteur ne croît pas à l’incitation liée à l’intérêt mutuel, qui semble avoir prédominé dans l’expérience la plus connue, celle de Kalundborg au Danemark. Ses arguments tournent essentiellement autour de la question des coûts de transaction associés aux projets et des risques potentiels (confidentialité, flux dangereux) supportés par les entreprises. Les risques sont d’ailleurs paradoxalement renforcés par la législation actuelle sur les déchets, qui rigidifie le cadre des échanges, et interdit parfois d’envisager l’échange même de flux.

8Comment, alors dynamiser les démarches ? L’auteur défend plutôt l’idée d’une action intermédiée, soit par le canal d’une expertise (pour initier la démarche et motiver l’action collective), soit par l’organisation structurée d’une action collective par les entreprises elles-mêmes : opérations de mutualisation, d’échange, club déchets, etc.

9Même si le projet de C Adoue n’est pas de discuter des moyens de mise en œuvre des démarches, il est clair que sa problématique engage une réflexion très intéressante sur la question des modes de coordination qui vont, finalement, au-delà des questions techniques, déterminer les critères de réussite ou d’échec des projets. Il faut se garder de la séduction apparente des mots, véhiculée par les analogies avec le fonctionnement biologique, et dont les résonnances sont familières à l’économiste. On parle en effet volontiers de concurrence inter ou intra espèces, de sélection naturelle et d’optimisation. Or, loin de répondre au principe d’organisation spontanée tel que le défend, par exemple, F Von Hayek, les expériences d’écologie industrielle relèvent bien, au contraire, de l’existence d’arrangements institutionnels volontaires : face au travail déjà bien avancé des sciences de l’ingénieur, l’économie a ainsi encore beaucoup à apporter sur le plan de l’analyse précise des contextes de mise en œuvre et des modes de coordination, sans même évoquer la question de la pérennisation ou du mode de développement territorial.

10En France, on trouve deux grands sites porteurs de projets pouvant s’apparenter à de l’EI. Le site Dunkerquois, tout d’abord, qui, à la suite de l’étude pionnière de S. Erkman et JC. Ray en 20013, a progressivement mis en place, sous l’égide de l’association Ecopal, différentes opérations de mutualisation, notamment de déchets. Actuellement, l’opération est relancée sous la forme d’une étude plus systématique des flux à des fins de généralisation et de mise en place d’opérations de substitution. Le territoire Aubois, ensuite, sous l’impulsion notamment des travaux de D. Bourg et S. Erkman à l’UTT, relayés par une association très active, le Club d’écologie industrielle de l’Aube, s’est lancé également dans diverses opérations à l’échelle de plusieurs sites.

11Toutefois, l’idée est longue à se diffuser, non pas qu’elle soit considérée comme utopique (un groupe de réflexion sur l’écologie industrielle a été associé aux travaux du Grenelle de l’environnement, un financement par l’ANR est actuellement en cours pour développer des méthodologies de mise en œuvre)4, mais peut-être par méconnaissance des ressources existantes et du potentiel que revêt l’EI, notamment dans le cadre de l’aménagement ou la requalification de zones industrielles voire même tertiaires.

12*Ressources sur quelques sites en écologie industrielle

13a) Principales revues scientifiques en langue anglaise :

14Progress in Industrial Ecology,

15Journal of Cleaner Production,

16Journal of Industrial Ecology.

17b) Ressources sur le pole français d’écologie industrielle :

18Site d’OREE : http://www.oree.org/​

19Site du CERDD : http://www.cerdd.org/​

20Site de systèmes durables : http://www.systemes-durables.com/​

21Site d’auxilia : http://www.auxilia.asso.fr/​

22Club d’écologie industrielle de l’Aube : http://www.ceiaube.fr/​

23Site de COMETHE : http://www.comethe.org/​

24Rapport PREDAT : http://www.territoires-rdd.net/​recherches/​

Haut de page

Notes

1 Robert A. Frosch and Nicholas E. Gallopoulos (1989), Stratégies for Manufacturing, Scientific American, Vol. 261 n° 3, p. 144-52, Sep.; Allenby B. R. and Richards D. J. (1994), The Greening of lndustrial Ecosystems. National Academy Press, Washington, DC.
2 Erkman S. (1997), Industrial Ecology: an historical view, Journal of. Cleaner Production, Vol. 5, n° 1-2, p. l-10.
3 Erkman S., Ray JC., (2000), Ecologie industrielle à Grande Synthe. Première expérience française : pré-étude sur la zone industrielle des Deux-Synthes. Rapport pour la Ville de Grande Synthe.
4 Coulon D. (coord), (2008), Conception d’outils méthodologiques et d’évaluation pour l’écologie industrielle (COMETHE). Projet de recherche financé par l’Agence Nationale de la recherche (ANR).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Maillefert, « Cyril Adoue, 2007, Mettre en œuvre l’écologie industrielle, Presses Polytechniques et universitaires romandes, 106 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2007, mis en ligne le 22 août 2008, consulté le 19 août 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/6422

Haut de page

Auteur

Muriel Maillefert

Muriel Maillefert est Muriel Maillefert est Maître de Conférences-HDR en économie à Lille 3 et membre du Clersé-Meshs (UMR 8019). Elle est responsable du Master « Economie et gestion de l'environnement et du développement durable » (EGEDD) à Lille 3. Ses recherches portent sur les institutions et l'action collective.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org