Navigation – Plan du site
Publications de 2008

Rob Hopkins, 2008, The Transition Handbook. From Oil Dependency to Local Resilience, Green books, 224 p.

Luc Semal

Texte intégral

1Le mouvement pour la Transition (ou Transition movement) a été initié en 2005 à Totnes (Devon) par Rob Hopkins, professeur de permaculture qui avait été sensibilisé au thème du pic du pétrole quelques mois auparavant : à l’époque, il s’agissait seulement d’élaborer une stratégie locale pour que Totnes puisse à l’avenir se passer de pétrole sans en souffrir. Mais d’autres groupes locaux ont rapidement suivi cet exemple, et en mai 2008, le « réseau de la Transition » comptait déjà 50 localités : villes, îles, forêts, etc. Le mouvement pour la Transition a mûri sa stratégie, a atteint une relative notoriété au Royaume-Uni, et a publié en mars 2008 son premier ouvrage majeur : The Transition Handbook.

2Le Transition Handbook est à la fois un manifeste qui présente un mode original d’appréhension des problèmes environnementaux, et un manuel pratique pour initier une action collective locale de préparation au pic du pétrole et au changement climatique. La partie 1, intitulée « la tête », explique pourquoi le pic du pétrole et le changement climatique rendent nécessaire une forme de relocalisation (« small is inevitable ») La partie 2, intitulée « le cœur », présente l’esprit de la réponse proposée par le mouvement pour la Transition : une réponse résolument positive, qui consiste en la proposition d’un avenir désirable, tant par préférence que par souci d’efficacité. La partie 3, « les mains », propose quelques outils pour initier dans votre propre localité une dynamique de reconstruction de la résilience locale.

3La « transition » et la « résilience » sont les deux mots-clés du livre, et plus généralement de la stratégie du mouvement pour la Transition. Ce mouvement s’est construit en concentrant sa pensée sur deux problèmes : le pic du pétrole et le changement climatique (d’autres sujets comme les pollutions chimiques ou le déclin de la biodiversité sont parfois abordés, mais ils ne sont pas au cœur de cette pensée). Face à ce double problème, le mouvement propose une transition qui mènerait de la dépendance pétrolière à la résilience locale. La résilience est le degré de capacité d’une localité à absorber un choc (ici, la fin du pétrole abondant et bon marché) sans s’effondrer.

4La transition proposée par ce mouvement est une stratégie de reconstruction de la résilience à l’échelle locale : concrètement, se défaire de la dépendance aux exportations et aux importations, et relocaliser les activités sociales et économiques. Viennent alors une série d’actions à mener à l’échelle locale : planter des arbres fruitiers, organiser des circuits courts pour l’alimentation, assurer une production locale d’énergie, etc. Pour mesurer les progrès effectués en ce sens, Rob Hopkins propose des « indicateurs de résilience » : par exemple, le pourcentage de nourriture consommée ayant été produite à proximité, la part de terrain consacrée au parking par rapport à celle consacrée aux cultures vivrières, le pourcentage d’habitants sachant cultiver au moins dix légumes, le pourcentage de médicaments utilisés qui ont été produits à proximité, etc. (pp. 174-175).

5Le mouvement pour la Transition est étonnant par plusieurs points. D’abord, par la rapidité de son émergence : 50 villes en transition en avril 2008 (c’est-à-dire avec un noyau de militants très actifs depuis déjà plusieurs mois), et plus de 700 groupes locaux en cours de formation dans le monde, surtout dans les pays anglo-saxons (liste disponible sur www.transitiontowns.org.) Ensuite, par son mélange de radicalité et de pragmatisme : le mouvement s’oppose explicitement à l’« environnementalisme conventionnel » prétendument compatible avec une « croissance économique verte » et propose plutôt une « renaissance économique locale » (p. 135) ; mais l’une des premières missions des groupes nouvellement constitués consiste à prendre contact avec le conseil municipal pour mener de premières actions en faveur de la résilience locale.

6Le mouvement pour la Transition s’inscrit donc clairement dans une logique de durabilité forte et plaide pour une refonte de l’économie sur une base locale et soumise aux contraintes environnementales. Techniquement, ses propositions sont souvent comparables à celles du mouvement pour la décroissance : relocalisation de la production alimentaire, sobriété énergétique, relocalisation de l’économie, etc. Mais il en diffère fortement par sa façon d’appréhender le problème : l’un des leitmotivs du mouvement pour la Transition est le refus de pointer du doigt les coupables, dans le but d’associer un maximum d’individus aux stratégies locales de transition. Alors que le mouvement français pour la décroissance cherche généralement à montrer que la poursuite de notre mode de développement n’est ni souhaitable ni possible, le mouvement pour la Transition se contente de montrer qu’elle n’est pas possible (si beaucoup de militants semblent penser qu’elle n’est pas non plus souhaitable, cette considération reste généralement une opinion et n’est pas utilisée comme argument).

7Il faut bien admettre que grâce à cette stratégie, le mouvement pour la Transition est parvenu à des résultats encourageants en un temps record : des centaines de groupes locaux se sont constitués. Chacun de ces groupes vise l’élaboration d’un « plan de descente énergétique » pour sa localité, et un éventail d’actions originales a été inventé. Les militants s’accordent sur un constat radical (le pic pétrolier est imminent) et la plupart de leurs désaccords possibles deviennent donc secondaires : par exemple, il est inutile de se déclarer pour ou contre la croissance, ou pour ou contre le développement durable, puisque de leur point de vue, le système économique tel que nous le connaissons va bientôt disparaître, que nous soyons pour ou contre lui.

8Ce mode d’action qui consiste à mobiliser toutes les bonnes volontés autour de quelques idées-clés (imminence du pic pétrolier, reconstruction de la résilience locale, nécessité de la relocalisation) a, jusqu’ici, fait la force du mouvement pour la Transition : la liste des actions initiées par les groupes locaux et présentées dans le livre est impressionnante pour un mouvement aussi jeune. Cependant, on peut se demander si ce mouvement ne risque pas d’être rattrapé par les sujets actuellement passés sous silence : par exemple, le mode de mobilisation proposé permettra-t-il de toucher des populations autres que les classes moyennes déjà sensibilisées aux thématiques écologiques ? La question des inégalités sociales peut-elle être durablement passée sous silence dans une stratégie de relocalisation de l’économie ? En définitive, le Transition Handbook donne un aperçu d’un mouvement qui n’en est encore qu’à ses débuts : après une naissance indiscutablement réussie, il lui reste maintenant à grandir en évitant les crises de croissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Semal, « Rob Hopkins, 2008, The Transition Handbook. From Oil Dependency to Local Resilience, Green books, 224 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2008, mis en ligne le 15 juillet 2008, consulté le 25 mai 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/7513

Haut de page

Auteur

Luc Semal

Luc Semal est diplômé de la section « Politiques territoriales du développement durable » à l’IEP de Lille. Il est actuellement doctorant au Cetcopra (Paris-1). Sa thèse porte sur les pratiques post-carbone et sur les mouvements sociaux structurés par ces pratiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org