Navigation – Plan du site
Publication de 2009

Shaun Chamberlin, 2009, The Transition Timeline: For a local, resilient future, Greenbooks, Chelsea Green Publishing, 192 p.

Luc Semal

Texte intégral

  • 1  La perspective de la mise en place de quotas de carbone individuels et négociables (Tradable Energ (...)

1Et si tous les scénarios de réduction des émissions de gaz à effet de serre à horizon 2050 ou 2100, en partant du postulat que nous avons encore le choix et la possibilité de « gérer » notre descente jusqu’à ces dates, étaient finalement trop optimistes ? Cette hypothèse, peu discutée dans les milieux scientifiques et académiques français, est au cœur de la réflexion du mouvement anglo-saxon des Transition Towns, né en 2005 en Angleterre. En effet, pour les militants de ce mouvement, l’avènement du pic pétrolier (et donc la fin du pétrole abondant et bon marché) va à court terme bouleverser tous les beaux scénarios que nous aurons pu modéliser, au point de faire basculer nos sociétés dans d’autres modes de gestion de la catastrophe et de la pénurie : par exemple, concrètement, poser la question du rationnement de l’énergie et/ou des quotas d’émissions de gaz à effet de serre…1

  • 2  Rob Hopkins, The Transition handbook. From oil dependency to local resilience, Green Books, 2008 ( (...)
  • 3  Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démo (...)

2 Après quatre ans d’activité et un premier ouvrage fondateur2, ce réseau travaille maintenant à la publication de quelques essais dont le but serait d’offrir un cadre de réflexion et d’action à l’échelle locale (communale). The Transition Timeline est le premier de ces ouvrages qui, à la suite du Transition Handbook, doit fournir aux initiatives de transition les outils pour élaborer leur Plan local de descente énergétique (Energy Descent Action Plan). Clairement, la tonalité de l’ouvrage est militante : il s’agit d’une prise de position et d’un appel à l’action. Cependant le mouvement a su mettre en place divers partenariats avec des universitaires et autres chercheurs, par lesquels on sent une volonté de construire un espace de réflexion collective, ouverte et rigoureuse où pourraient dialoguer différentes approches (militante, institutionnelle, scientifique…) de la question. L’initiative n’est pas sans intérêt, tant il est vrai que l’existence de forums hybrides où dialoguent différentes formes d’expertise peut s’avérer enrichissante pour reformuler les controverses socio-techniques et faire émerger des solutions originales à ces controverses3.

3 Après s’être approprié divers travaux scientifiques portant sur le changement climatique et le pic pétrolier, les militants de la Transition en ont tiré la conclusion que les événements n’allaient pas tarder à s’accélérer, et qu’il fallait donc travailler à des scénarios à relativement court terme : dans leur perspective, la crise économique de 2008 n’est que la première conséquence d’une longue crise énergétique déjà commencée, et les perspectives les plus lointaines dépassent rarement 2030. Et de citer en exemple le premier Plan de descente énergétique proposé par le mouvement pour la ville de Totnes, cœur du réseau, qui prévoit le pic pétrolier mondial dès 2010, l’instauration d’un rationnement national du carbone dès 2011, le déclin des voitures sur les routes dès 2012, l’inauguration d’une école locale d’agriculture dès 2013, la banqueroute des compagnies aériennes dès 2019…

  • 4 « De nos jours, il semble que chaque semaine arrive un nouveau rapport pour renforcer le chœur du c (...)
  • 5  Günther Anders, La menace nucléaire. Considérations radicales sur l’âge atomique, Le Serpent à plu (...)

4 Le but, on l’aura compris, est de construire une vision alternative du futur, qui ne soit pas simplement un prolongement des modes de vie actuels en plus verts. L’auteur explique en introduction : « Nowadays, it seems that every week there is a new report adding to the growing chorus of recognition that our society’s current way of life is unsustainable. In my work, and in my wider life, I rarely meet anyone who argues otherwise. But, strangely, what seems to be less widely acknowledged is that if something is unsustainable, then, by definition, it’s going to end. »4 Il y aurait donc, selon lui, un fossé croissant entre le constat de la non-durabilité de nos modes de vie actuels d’une part, et notre incapacité à imaginer que la fin de ces modes de vie puisse effectivement s’imposer à nous, suite à des événements extérieurs indépendants de notre volonté. En ce sens, on pourrait parler de déficit d’imagination de notre part, et donc de « supraliminarité de la menace » telle que l’a définie Günter Anders : une menace trop grande pour être perçue, et plus encore pour être comprise dans toutes ses implications5.

  • 6  « Un exemple d’une histoire dominante dans notre culture actuelle est celle du ‘progrès’ – histoir (...)
  • 7  « Les histoires culturelles dominantes sont des choses puissantes, et ceux qui s’y attaquent s’exp (...)

5 Pour combler le déficit d’imagination, donc, il faut produire des visions alternatives du futur, des « cultural stories ». « One example of a dominant story in our present culture is that of ‘progress’ – the story that we currently live in one of the most advanced civilisations the world has ever known, and that we are advancing further and faster all the time. 6» Les plans de descente énergétique des Transition Towns prennent leurs distances avec cette histoire dominante, et racontent à la place un avenir proche où, de gré et de force, les modes de vie ont radicalement évolué sous les coups des pénuries énergétiques. Bien entendu, ces visions alternatives sont fréquemment critiquées, comme les militants de la Transition en font eux-mêmes le constat : « Dominant cultural stories are powerful things, and those who challenge them tend to meet resistance and even ridicule. 7» Ce phénomène de disqualification peut être le fruit des institutions, mais aussi d’autres mouvements militants qui dénoncent une analyse selon laquelle des contraintes physiques ou matérielles pourraient à court terme justifier des solutions jugées peu séduisantes, telles que le rationnement.

6 Cet ouvrage apparaît donc comme un essai ambigu, entre livre militant, travail de déduction scientifique et pari sur l’avenir. Quiconque entend travailler sur les scénarios de transition vers le développement durable, ou vers tout autre état écologiquement plus soutenable, devrait logiquement s’intéresser à cette contribution. Résultat d’un travail collectif du mouvement des Transition Towns, le Transition Timelines propose un cadre commun pour que les initiatives de transition puissent toutes rédiger leur propre plan local de descente énergétique, sur le modèle de celui de Totnes : une piste intéressante pour élargir le cercle des acteurs associés à la production de scénarios énergétiques et/ou climatiques, ainsi que pour redéfinir les rythmes, les priorités et les leviers d’action d’une transition effective.

Haut de page

Notes

1  La perspective de la mise en place de quotas de carbone individuels et négociables (Tradable Energy Quotas, TEQs), sans être directement une revendication du mouvement des Transition Towns, est fréquemment invoquée dans cet essai (notamment p.66) comme quelque chose de souhaitable, voire d’inévitable. Pour une analyse francophone de cette perspective, voir Mathilde Szuba, « Le rationnement pour changer les modes de vie ? Le cas du projet de ‘carte carbone’ en Grande-Bretagne », in Michelle Dobré et Salvador Juan (dir.), Consommer autrement. La réforme écologique des modes de vie, L’Harmattan, 2009.

2  Rob Hopkins, The Transition handbook. From oil dependency to local resilience, Green Books, 2008 (Voir aussi la présentation de l’ouvrage publiée dans DDT : http://developpementdurable.revues.org/index7513.html).

3  Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Seuil, 2001 (Voir aussi la présentation de l’ouvrage publiée dans DDT : http://developpementdurable.revues.org/index1316.html).

4 « De nos jours, il semble que chaque semaine arrive un nouveau rapport pour renforcer le chœur du constat de la non-durabilité de nos modes de vie. Dans mes travaux, et dans ma vie en général, je rencontre rarement quelqu’un pour affirmer autre chose. Mais, étrangement, ce qui semble bien moins reconnu est le fait que quelque chose de non-durable va, par définition,  prendre fin. » (p. 14)

5  Günther Anders, La menace nucléaire. Considérations radicales sur l’âge atomique, Le Serpent à plumes, 2006 (1972)

6  « Un exemple d’une histoire dominante dans notre culture actuelle est celle du ‘progrès’ – histoire selon laquelle nous vivons aujourd’hui dans l’une des civilisations les plus avancées que le monde n’ait jamais connues, et que nous irons toujours ainsi, plus loin et plus vite. » (p. 21)

7  « Les histoires culturelles dominantes sont des choses puissantes, et ceux qui s’y attaquent s’exposent à de la résistance, voire au ridicule. » (p. 22)

Haut de page

Table des illustrations

URL http://developpementdurable.revues.org/docannexe/image/8262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Semal, « Shaun Chamberlin, 2009, The Transition Timeline: For a local, resilient future, Greenbooks, Chelsea Green Publishing, 192 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publication de 2009, mis en ligne le 24 janvier 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://developpementdurable.revues.org/8262

Haut de page

Auteur

Luc Semal

Luc Semal est diplômé de la section « Politiques territoriales du développement durable » à l’IEP de Lille (http://sciencepodurable.org/). Il est actuellement doctorant au Cetcopra (Paris-1). Sa thèse porte sur les pratiques post-carbone et sur les mouvements sociaux structurés par ces pratiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • Revues.org